Bosozoku, Yankii et Sukeban – Gangs japonais

[ADS] Publicité

Connaissez-vous les gangs et les délinquants japonais ? Il en existe plusieurs types qui ont même reçu des noms et des titres comme Yankii, Bosozoku et Sukeban. Dans cet article, nous verrons tout sur les délinquants japonais, notamment sur ceux cités.

Certains n'appartiennent pas à des gangs et peuvent agir différemment dans la rue ou en cas d'intimidation dans les écoles. Peu importe si un délinquant japonais est un tyran à l'école, un membre de gang et un motard. Voyons différents types !

Ils finissent tous par avoir des choses en commun et sont tout de même assez différents des délinquants occidentaux. Certains peuvent ne pas ressembler à des délinquants ou agir de cette façon, nous devons donc les observer et apprendre à les connaître.

Les animes, les drames et les films montrent beaucoup le style et l'apparence d'un délinquant standard et comment ils agissent habituellement. Ils transmettent généralement un sentiment de colère et ne peuvent pas se contrôler. Certains se teintent généralement les cheveux, font une frange et portent des chemisiers décolorés et inhabituels.

Les délinquants japonais - que font-ils? Comment les identifier?

Types de délinquants au Japon

Les criminels au Japon sont souvent appelés yankii (ヤ ン キ ー), une référence au mot yankee que les Américains utilisent pour désigner les citoyens de différentes ethnies. Les Japonais ont probablement adopté ce mot en raison des tendances particulières de la sous-culture délinquante japonaise.

Yankii était déjà utilisé au Japon pour désigner les pauvres du Kansai à l'époque de 1975. Bientôt le terme fut également utilisé pour désigner les Japonais qui imitaient les Américains, jusqu'à ce que finalement le terme se concentre sur la définition des jeunes rebelles qui ne suivent pas les normes et standards scolaires. Le film Kamizake Girls (Shimotsuma Monogatari) dépeint bien la vie des Yankii.

Il existe plusieurs sous-cultures, gangs et types de délinquants qui peuvent être classés et répertoriés. Ci-dessous, nous allons partager brièvement quelques termes japonais et à quel type de délinquants ce terme fait référence.

Gangs et criminels japonais - yankii, bosozoku et sukeban
  • Bosozoku - Ce sont des bandes de motards sauvages;
  • Bancho - Un chef d'un groupe de criminels;
  • Tsubari – Terme utilisé pour les mauvais garçons des années 1970 ;
  • Sukeban – Désigne un groupe de délinquants, des femmes ou un patron ;
  • Yakuza - Il fait référence à la mafia japonaise;
  • Gyaru - Un style de mode et de culture qui pouvez soyez plutôt agressif;
  • Hashiriya - Cela signifie littéralement coureur de rue, un mouvement similaire au bosozoku;
  • Ijime - Cela signifie littéralement l'intimidation, quelque chose qui se produit dans les écoles japonaises;
  • Furyo - Cela signifie aussi un délinquant ou une mauvaise personne;
  • Chinpira - Petite yakuza, apprentie yakuza, punk, délinquante, fille délinquante;

Identifier les jeunes des gangs au Japon

Les gangs de jeunes japonais présentent tellement de caractéristiques qu'il est difficile de décrire avec précision tous les détails. On peut facilement identifier un jeune appartenant à un groupe de délinquants en observant son comportement.

Le yankii ou toute autre sous-culture de gang a pour coutume de s'accroupir et de se tenir debout dans une position appelée unko zuwari ou yanki zuwari. Cela ressemble à une position fécale où la personne est avec le cul au sol et les jambes écartées montrant une sorte d'attitude. Vous l'avez probablement déjà vu dans un anime.

Les délinquants japonais - que font-ils? Comment les identifier?

Les délinquants qui suivent une culture portent souvent des bandanas, des masques chirurgicaux, des piercings et des bijoux en excès. De plus, certains rentrent leur pantalon dans leurs bottes ou les enroulent autour du genou. 

D'autres ont même des cicatrices et des tatouages pour avoir l'air hardcore. Les délinquantes portent souvent un uniforme scolaire en désordre, une écharpe, des chaussettes amples et une jupe trop courte ou trop longue.

Le comportement des délinquants japonais est le même qu'on pourrait s'y attendre : ils aiment se battre, troubler la paix et ne s'entendent pas avec la société. Ses principaux intérêts concernent le baseball, les motos, la lutte et les arts martiaux.

Une personne n'a pas nécessairement besoin d'avoir l'air ou le style pour être un délinquant, vous le verrez par son attitude. Les Yakuza ne s'entendent généralement pas avec les jeunes délinquants, ils se considèrent comme des professionnels, alors que les jeunes veulent juste être punk.

Les délinquants japonais - que font-ils? Comment les identifier?

Même les gens sympas et amusants peuvent être considérés comme des délinquants au Japon. Quiconque ne respecte pas les règles, ne peut pas s'entendre avec les autres ou a l'air différent est souvent appelé un furyou (不良) qui peut être traduit par pas bon, mauvais, inférieur et délinquant.

Nous vous recommandons de lire:

Bosozoku - Jeunes rebelles japonais

Connaissez-vous les jeunes rebelles japonais appelés bosozoku ? Il ne lui aurait jamais traversé l'esprit qu'un pays discipliné avec une forte culture millénaire, comme le Japon, aurait une sous-culture de délinquants errant dans le pays, créant des troubles, troublant la paix et donnant du travail à la police. C'est une vision stéréotypée des motards qui prétendent avoir une bonne cause! 

Eh bien, le Japon a aussi son propre groupe de jeunes en colère qui font des farces. Ce sont les Bosozoku, une bande de motards qui personnalisent les motos, se promènent en commettant des infractions routières en lien avec les Yakuza. Dans cet article, nous allons détailler ce que sont les bosozoku et leurs activités :

Bosozoku - jeunes rebelles japonais

Origine et activités de Bosozoku

Le terme bosozoku (暴走族) a été inventé dans les années 1970 et signifie littéralement "tribu hors de contrôle". Ils sont apparus dans les années 1950, lorsque le Japon se remettait de la guerre et que l'industrie automobile était en plein essor. Les jeunes de la classe inférieure se sont regroupés pour exprimer leur mécontentement à l'égard de la société japonaise de l'époque, formant un gang de motards pour le faire.

A cette époque, ils se faisaient appeler kaminari zoku. La motivation derrière tout cela était essentiellement cette rébellion typique contre les normes de la société. Mais, comme les bosozoku sont des jeunes n'ayant pas atteint l'âge de la majorité (qui est de 20 ans au Japon), certains ont ignoré la lutte pour la liberté et sont devenus bosozoku juste pour faire partie d'un groupe.

Bosozoku - jeunes rebelles japonais

Savez-vous que les jeunes ont besoin de faire partie d'un collectif? Ouais. Ils ne sont rien de plus qu'un Clube do Bolinha. Cependant, c'est dans les années 80 et 90 qu'ils ont gagné en notoriété en pratiquant de graves actes de vandalisme et en confrontant la police.

Bien sûr, ils prétendent faire tous les actes mentionnés pour une bonne cause, ce qui semble être une chose cool, mais personnellement, je ne sympathise pas avec les gens qui font une erreur pour justifier ou combattre les autres. Peut-être que je parle un peu négativement de   bosozokus, mais j'espère que vous ne vous sentez pas offensé par cela.

En 1982, il y avait 42 510 bosozokus et ils parcouraient les rues en grande quantité. Ses activités consistent à réparer des conneries, à faire du bruit avec des motos, à enfreindre le code de la route, à prendre une fissure, entre autres bouffonneries pour attirer l'attention de la société.

Les bosozoku sont une famille et ont des principes comme les membres des Yakuza.

Comment s'habille le Bosozoku?

Ils portent généralement un uniforme composé de salopettes comme celles portées par les ouvriers ou d'un Tokkou-fuku (特攻服), un type de pardessus militaire portant des slogans écrits en kanji. Ils portent des pantalons amples et une paire de bottes pour suivre le rythme. Ils décorent leurs motos au point qu'ils semblent avoir quitté une école de samba ou Bom Dia & Cia.

Bosozoku - jeunes rebelles japonais

Actuellement, les bosozoku sont presque éteints pour ceux qui aiment le silence. Tout a commencé en 2004, lorsque le gouvernement japonais a appliqué le code de la route pour habiliter les policiers à procéder à des arrestations. &Nbsp; En 1982, il y avait plus de 40 000 bosozoku, en 2004, ce nombre était inférieur à 10 000.

Les mesures gouvernementales ont entraîné une baisse spectaculaire du nombre de gangs de motards. Grâce à cela, en 2011, le montant de 9 064 bosozoku a été enregistré. Actuellement, les bosozoku roulent en petits groupes et, au lieu de faire de la moto, ils conduisent actuellement des scooters.

De nos jours, certains voisins sont encore agacés par le bruit bosozoku la nuit. Ils sont bien représentés dans les dessins animés, les drames et les films japonais. On croit que les distractions quotidiennes du monde moderne ont contribué à décourager les jeunes de s'impliquer dans les gangs de motards. La plupart dépensent de l'argent pour des jeux et vivent dans leur chambre en regardant des dessins animés.

Issu d'un gang dangereux, les Bosozoku sont devenus un petit groupe du gang du quartier, beaucoup plus sympathique, mais ils sont toujours bruyants et ont toujours leurs objectifs. Avez-vous rencontré des bosozoku? Quelle est votre expérience avec ces motards sauvages? Nous apprécions les commentaires et les partages.

Délinquants japonais - yankii, bosozoku et sukeban
Sukeban - Gang de filles au Japon

Sukeban - Gangs de filles japonaises

Avez-vous déjà entendu parler des Sukeban [スケバン|女番], les gangs de filles délinquantes japonaises ? Pour être plus exact, ce terme fait référence au chef de ce groupe. Ces groupes étaient très populaires au siècle dernier. Aujourd'hui, ils ont pratiquement disparu.

Ce terme a été utilisé pour la première fois à la fin des années 1960. Dans les Yakuza et d'autres gangs au Japon, les femmes n'étaient presque pas autorisées à participer. Cela les a amenés à créer le leur. Actuellement, les Sukeban agissent davantage comme un stéréotype ou une mode chez les jeunes. Mais dans le passé, il n'y avait pas que ça.

Un écrivain du nom de Jake Adelstein, spécialiste de la criminalité au Japon, commente l'émergence des Sukebans. Il dit qu'en raison de la culture dominée par les hommes au Japon, les femmes essayaient de trouver leur place. le monde a parlé de féminisme et Libération, ce qui a peut-être conduit ces femmes à se sentir également en droit de se rebeller comme des gangs d'hommes. Nous en apprendrons plus sur les Sukebans dans cet article.

Sukeban - Gangs de filles japonaises
Différents gangs s'unissent au Japon

Le style de vie Sukeban

Contrairement à d'autres gangs (principalement composés d'hommes) qui commettaient des crimes et encourageaient les combats entre groupes rivaux, les Sukeban étaient différents. Ils ont maintenu et appliqué un code de justice organisé et strict. Chaque groupe de filles avait une hiérarchie et ses propres moyens de punition. Ces filles avaient des valeurs morales et tenaient très fermement à elles.

En général, ils étaient indiqués pour avoir les cheveux teints ou une coiffure brillante et différente. Et la plupart portaient toujours leurs uniformes scolaires la plupart du temps. Les vêtements provocateurs et trop de maquillage étaient mal vus. Au début, les gangs ont commencé avec de petits groupes de filles, entrant dans les écoles avec des couteaux et des cigarettes. Mais, ils ont rapidement augmenté en nombre et en niveau de criminalité. Les groupes vont de 50 à 80 filles. Cependant, un groupe connu sous le nom de Kanto Delinquent Women's Alliance a affirmé avoir environ 20 000 membres.

Le phénomène Sukeban a atteint son apogée dans les années 1970, avec l'émergence du groupe de filles le plus redoutable. Ce groupe appelé K-Ko the Razor, originaire de Saitama, Tokyo. Ce nom fait référence à l'arme qu'ils utilisaient, un rasoir pour trancher la gorge. Ils l'ont enveloppé dans un tissu et l'ont placé entre leurs seins. Aucun autre groupe n'était plus reconnu que celui-ci. Atteindre même le statut de légende urbaine.

Sukeban - Gangs de filles japonaises

Règles, punitions et renommée

Parmi les groupes Sukeban, il y avait de nombreuses règles. Et, enfreindre ces règles n'était pas bon du tout et pouvait entraîner un « lynchage ». Le lynchage impliquait divers degrés de punition. A partir d'une punition "légère" comme appliquer une cigarette sur la peau nue. Aller appliquer la cigarette allumée dans les parties intimes, considérée comme une punition "moyenne".

Les causes de ces punitions sont nombreuses et distinctes, allant d'un gang à l'autre. Celles-ci peuvent inclure le manque de respect envers les membres plus âgés. Parler aux ennemis et se faire prendre avec de la drogue était également valable pour une punition. Mais la cause la plus courante de lynchage était de jouer avec le sexe opposé.

Tromper un petit ami provoquerait certainement un lynchage. Ces filles agissaient et avaient l'air plus âgées qu'elles ne l'étaient vraiment. Un autre fait surprenant est qu'ils étaient très conservateurs en matière de rencontres, de romance et de sexe. Mais, avec le temps, les gangs ont commencé à se réduire et les participants sont devenus plus intégrés dans la société.

Pourtant, depuis, les médias en ont très bien profité. Plusieurs films, anime, manga et même des jeux ont été créés autour des Sukebans. À ce jour, des traces et des influences d'entre eux peuvent être vues dans la culture pop et dans la vie quotidienne japonaise.

Partagez cet article: