Y a-t-il des bidonvilles en Corée du Sud ?

[ADS] Publicité

Beaucoup de gens ne croient pas que les bidonvilles puissent exister en Corée du Sud, car ce que la plupart des gens voient dans les dramatiques, les films ou les reportages, ce sont des gens chics et élégants qui fréquentent les endroits les plus chers. Beaucoup ne connaissent que le côté positif de la Corée du Sud, par exemple le fait que la Corée est l'un des pays les plus développés du monde.

Après la guerre de Corée, la Corée du Sud a connu des besoins extrêmes. Dans les années 1950 et au début des années 1960, la Corée était l'un des pays les plus pauvres. Malgré tout cela, la Corée est devenue bien développée, sans doute l'un des pays les plus développés grâce à sa richesse et à sa démocratie.

Mais oui, il y a des bidonvilles en Corée du Sud et la pauvreté est une réalité. Vous trouverez ci-dessous un aperçu de l'histoire de deux bidonvilles de Corée du Sud, le village de Guryong et le village culturel de Gamcheon. Nous vous recommandons également de lire notre article sur Les bidonvilles au Japon.

Bidonville du village de Guryong

Connu comme le dernier bidonville de Gangnam, le quartier le plus riche de Séoul, le village de Guryong est un territoire illégal. En 1988, de nombreuses personnes ont été forcées d'abandonner leurs maisons en vue de la mise en œuvre de l'accord sur l'environnement. Jeux olympiques.

Plus de 2 500 personnes y vivent, dans des situations défavorables, dans des abris de fortune, des cabanes en ruine empilées les unes sur les autres. Les maisons sont construites en contreplaqué, en métal et en carton.

L'ironie de la chose est que, juste à côté de ce type de logement, on peut voir les biens immobiliers les plus chers de Séoul, l'un des quartiers les plus riches et les plus raffinés de Corée. Alors que les riches voisins mènent une vie extravagante de richesse, ceux de Guryong vivent sans même les nécessités de base pour survivre et doivent même partager un... toilettes creusé dans la terre. Les gens vivent de façon précaire avec des égouts à ciel ouvert. Alors que Gangnam s'élève de plus en plus haut, le plan de reconstruction du bidonville voisin est au point mort depuis des années.

- bidonvilles en corée du sud
Y a-t-il des bidonvilles en Corée du Sud ?

Les habitants du village de Guryong doivent également faire face à une autre préoccupation, à savoir le risque sérieux d'incendie qui est courant en raison de la mauvaise qualité de l'électricité et de la dépendance aux combustibles solides. Et comme les maisons sont si proches les unes des autres, le risque est beaucoup plus élevé.

Et les personnes âgées qui y vivent ? Eh bien, la plupart des personnes âgées qui résident dans le village, vivent sans aucune forme d'aide de l'État. A Guryong, il est fréquent de voir personnes âgées collectant du papier et le carton pour le recyclage, et le retournement des ordures et ils vivent de ça. C'est assez choquant, car certaines de ces personnes âgées avaient auparavant une vie confortable pendant leur carrière, mais ont malheureusement fini dans une situation décadente. On pense que c'est parce que le Gouvernement sud-coréen est lente, preuve en est que seulement un tiers des retraités ont des pensions avec des paiements relativement insignifiants, selon certains analystes.

Les villageois s'efforcent de reconstruire le village et de reloger les habitants, mais le gouvernement ne les aide pas beaucoup et s'y oppose même, les laissant sur place. Malgré cela, les villageois poursuivent leur combat quotidien et ne renoncent pas à créer une communauté au service de tous, où chacun s'entraide pour payer les services publics tels que l'électricité et l'eau.

- bidonvilles en corée du sud
Bidonville en Corée du Sud

Village culturel Favela Gamcheon

Gamcheon, situé à Busan, est une communauté avec un groupe de maisons sur une montagne. Le gouvernement a donné cette zone à des personnes pour qu'elles y vivent après la guerre, car de nombreuses personnes se retrouvaient dans la pauvreté et n'avaient pas d'endroit où vivre.

Au fil du temps, cet endroit a été revitalisé, des artistes se sont réunis pour peindre les maisons et répandre leurs œuvres d'art dans les rues, faisant de cet endroit une attraction touristique. Gamcheon attire l'attention des touristes avec ses maisons colorées, ses ruelles en forme de labyrinthe et ses rues ornées de nombreuses peintures et sculptures. En d'autres termes, la ville est devenue riche en art de rue.

L'un des points les plus visités est la statue du petit prince admirant la ville à côté de son ami renard, là les gens font la queue pour prendre des photos avec la statue. De plus, ceux qui visitent le village reçoivent une carte et obtiennent des timbres après avoir visité certains endroits spécifiques. Il y a de nombreux magasins, les rues sont pavées et il y a une bonne structure commerciale.

- Y a-t-il des bidonvilles en Corée du Sud ?

Il convient de noter que de nombreuses personnes âgées ont passé leur jeunesse à l'époque où la Corée était très pauvre et où il n'y avait pas de système social. À cette époque, elles pouvaient travailler dur mais n'avaient aucun moyen d'épargner et aujourd'hui, à un âge avancé, elles ne peuvent plus travailler et ne bénéficient guère des systèmes de protection sociale. Même s'ils travaillaient dur, ils gagneraient environ 200 dollars par mois, soit un loyer en Corée du Sud, et environ 300 dollars par mois, sans compter les frais de scolarité. coûts de la nourriture.

Plus de 40% des Sud-Coréens âgés de 65 ans et plus vivent dans la pauvreté. Un autre détail est que la pauvreté touche aussi un peu la jeune génération, la plupart des étudiants en Corée commencent à gagner de l'argent lorsqu'ils obtiennent leur diplôme universitaire, environ 80% des étudiants vont à l'université, et dans le cas des garçons coréens, ils doivent encore passer deux ans dans l'armée et passent généralement une autre année à se préparer à l'emploi, ce qui montre qu'ils commencent à gagner de l'argent très tard, vers leur 28e ou 30e anniversaire.

Nous observons un peu de la réalité de la Corée et de ses deux bidonvilles, qui ont tous deux vu le jour à un moment difficile de l'histoire de la Corée du Sud.

Partagez cet article: